Neuvic se trouve au cœur des gorges de la Haute Dordogne
...

609
642
84

Patrimoine Bâti

Patrimoine Bâti

FORTIFICATIONS

Ville murée, Neuvic conserve quelques vestiges de ses fortifications. Celles-ci courent en contrebas de la maison Dupuy de Marqué et se prolongent rue Saint Dominique. Trois tours jalonnent le parcours des remparts :Fortifications Neuvic
  • La tour de l’Hôtel Saint Maixent.
  • La tour des Cinq Pierres, qui accueille aujourd'hui le siège de l'Office de Tourisme, et qui doit son nom à cinq pierres insérées dans la construction, sans doute issues d'un château proche maintenant disparu, et représentant un mouton, un chien, un taureau, un oiseau et un troupeau de brebis.
  • La tour Veilhan, visible depuis la rue du Commerce.

LA RUE DU COMMERCE

La rue du Commerce est la plus ancienne rue de la cité, formant la principale artère à l’époque médiévale. Le promeneur peut remarquer plusieurs maisons de caractère, auxquelles s’attache une histoire particulière parfois très ancienne.
Ces demeures ont été construites par des familles nobles qui ont délaissé l’inconfort de leur château de campagne pour habiter en ville, et par de puissantes familles bourgeoises qui ont exercé des fonctions dans la magistrature, la médecine et la vie politique locale.

L'EGLISE SAINT ETIENNE.

Eglise Saint Etienne NeuvicL’église, est dédiée à Saint-Etienne, peut-être à cause de l’influence d’Etienne d’Obazine, fondateur au XIIè siècle, d’un monastère cistercien près de Tulle dont dépendaient plusieurs abbayes de Haute Corrèze.
Elle a été remaniée aux XIVè et XVè siècles.  Edifice à base romane elle se caractérise par sa vaste nef et son chevet rénové à l’époque gothique, avec un lourd clocher carré. Deux chapelles absidiales flanquent le chœur, celle du sud est consacrée à N.D. de Pennacorn, qui fait l’objet d’un culte particulier dans la région de Neuvic depuis la fin du Moyen Age.

 

 

 

 

 

LE MUSEE HENRI QUEUILLE

Le Musée Départemental de la Résistance Henri Queuille est installé dans l’ancienne maison d’Henri Queuille, homme politique, dont les descendants ont légué la demeure au Conseil Général de la Corrèze.
 
Le Musée a été inauguré en 1982 par le Président François Mitterrand, en présence de Jacques Chirac, alors député de la circonscription, et du conservateur-fondateur, Marcel Barbanceys.
 
Tout en rappelant le contexte général des années noires de l’occupation nazie en 1940-1944, il retrace plus particulièrement la résistance des maquisards, qui fuyaient le service du travail obligatoire en se réfugiant dans les gorges de la Dordogne et de la Luzège. De caches en embuscades, de contacts en réseaux, la Haute Corrèze a toute sa place dans l’histoire générale de la Résistance française.
La résistance d’Henri Queuille incarne celle du personnel politique de la IIIè République, qui a rallié le général de Gaulle.
 
Le Musée se visite tous les jours, du 1er mai au 30 Octobre, de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h et sur rendez-vous le reste de l’année.
 
Il peut accueillir des groupes et proposer une conférence préparatoire à la visite. Il peut offrir des conférences itinérantes sur un thème inclus dans ses axes de travail, à définir avec les personnes et structures intéressées.

LES PLACES DE LA CITE

Plusieurs places publiques agrémentent le cadre de vie de Neuvic et remplissent diverses fonctions.
 
  • La place Gambetta doit son existence à une fontaine, installée grâce à une libéralité de l’abbé Veilhan, et surmontée du buste de la République au début de la IIIè République.
  • La place Henri Queuille, créée dans les années 50, a été récemment réaménagée, avec la création de passages piétonniers et la plantation d’arbres.
  • La place de la Mairie a fait l’objet de réaménagements successifs depuis le XIXè siècle. L’ancienne halle a été remplacée par une place trône la statue dite du « chevrier » et qui forme une esplanade d’où l’on peut apprécier un magnifique point de vue sur les monts d’Auvergne et, en contrebas, sur un ensemble de fontaines et de jardins ornés de statues.
  • La place du champ de foire, anciennement vouée aux foires agricoles, a fait peau neuve en se transformant en espace pour spectacles de plein air.
  • Au rond-point des Ganottes, se trouvent quelques vestiges du couvent de Saint-Projet, sauvées de l’ennoiement pendant la construction du barrage.

UN CIRCUIT STATUAIRE AU FILS DES RUES

En parcourant les rues de Neuvic, on peut s’arrêter devant de nombreuses statues qui semblent jalonner les itinéraires mais aussi se faire les témoins de chaque étape de la vie du bourg. Après le buste de la République de la place Gambetta, la Place de la Mairie a reçu dans les années 20 le monument aux morts. Sa liste de 123 morts pour la France rappelle ce que a été la saignée de la Grande Guerre de 14-18 pour les campagnes françaises.
 
Le plus important groupe de sculptures est dû à l’effort d’embellissement voulu par Henri Queuille. Elles sont dues au sculpteur Prozynski, reconnu et apprécié de son vivant, mais bien oublié aujourd’hui. La Fontaine du Berger, sculpture remarquable réalisée dans les années 1930, représente un couple de jeunes bergers amoureux et à l’opposée un troupeau de brebis. Au centre de ces deux groupes, une frise représente d’autres brebis s’abreuvant.
Cette sculpture a valu à Proszynski la « médaille d’or du Salon des Artistes Français »
 
Statues NeuvicLes imposantes Cariatides, qui se trouvent à l’entrée du Lycée des Métiers Marcel Barbanceys www.lycee-barbanceys.com, se composent de huit statues de 2 m dans un style art-déco contemporain représentatif du sculpteur.
 
Enfin, signalons toujours dans le même périmètre géographique, la Fontaine de la Poule et les deux Cariatides du jardin public se trouvant en contrebas de la Fontaine du Berger.
 
Une autre famille statuaire évoque le souvenir de 39-45, avec la place du chevrier, sauvé de la fonte par un groupe de jeunes neuvicois résistants , avec le buste de Martial Brigouleix au Musée, ou avec le monument du Puy Chaffaud.
 
Réalisé par Raymond Couvègnes, elle représente un maquisard nu à l’antique symbolisant la force masculine.
Placé à l’orée du bois, il tient une grenade à la main droite tout en faisant signe à ses compagnons de le suivre. Ce monument dédié à la résistance incarne l’action prédominante des maquisards neuvicois.
 
Plusieurs stèles  rendent hommage à Henri Queuille.
 
A signaler aussi, au lycée agricole, un très beau cadran solaire en forme de coq.

UN PEU D'HISTOIRE

Malgré une étymologie qui fait de Neuvic un « nouveau bourg » (novus vicus, en latin), l’histoire de la  cité est ancienne. Il semblerait que celle-ci soit issue d’un déplacement de population. En tout cas, Neuvic est connu depuis le XIè-XIIè siècles comme une cité dépendant du vicomté de Ventadour, au château impressionnant, et au renom littéraire prestigieux, lié aux troubadours médiévaux.
Neuvic a ses fortifications, dont les vestiges se devinent encore dans la plus ancienne rue, ses portes d’entrée, son église, remaniée au XVè après les destructions de la guerre de Cent Ans. Le bourg a aussi sa charte de franchises.
Au milieu du XIXè siècle, Neuvic se signale par la présence d’une ferme-école, élément local d’un système d’enseignement agricole voulu par la IIè République. Fondée par Jean-Hyacinthe d’Ussel sur sa ferme des Plaines, il la dirigera jusqu’à sa mort en 1891. Elle sera la base du lycée agricole. Cet enseignement se complète avec la création d’une Ecole Pratique d’Artisanat Rural, qui rééduque des mutilés de guerre au lendemain de la Première Guerre Mondiale et qui sera la base du lycée d’enseignement professionnel
 
 
HENRI QUEUILLE (1884-1970)
Henru Queuille NeuvicLa notoriété de Neuvic demeure étroitement liée à l’œuvre et à l’héritage d’Henri Queuille, (1884-1970) enfant de la cité, élu local précoce, maire de Neuvic de 1912 à 1965 et homme d’Etat au parcours brillant, jusqu’ au sommet de l’Etat. Sous les IIIème et IVème républiques, Henri Queuille est un homme d’État dont l’œuvre est considérable. Maintes fois ministre, président par intérim du gouvernement d’Alger, trois fois président du Conseil et membre de tous les gouvernements de 1948 à 1954, il n’a jamais oublié ses racines. Profondément attaché à sa commune, il en a fait un pôle d’enseignement technique et agricole de renommée nationale, un pôle touristique important tout en embellissant sa cité.
L’oeuvre nationale d’Henri Queuille ne se sépare pas de son action locale, qui a façonné le visage de la commune et continue à orienter son destin : aménagement hydro-électrique de la Dordogne, embellissement du bourg, équipements scolaires, création du lac artificiel de la Triouzoune et d’une station verte de vacances, qui était alors la première et longtemps la seule de la région, etc.
Au fil des années, les municipalités successives se sont efforcées de renforcer cet héritage et ont privilégié le développement touristique tout en préservant la qualité de l’environnement. C’est ainsi que depuis 2005 la plage de Neuvic est récompensée par le prestigieux écolabel, le Pavillon Bleu.
 
 
 
 
 
 
 
 
categorie_tourisme: 

OUVERTURE AU PUBLIC

Les services de la Mairie sont ouverts

Du lundi au vendredi de 09h à 12h et de 13h30 à 17h30

Le samedi de 09h à 12h

Météo

Neuvic, Limousin

16/08/2017 - 11:00

RainWest-northwest, Light air, 0 km/h19°C

Precipitation: 0.7 mm

Pression: 1021.7 hPa

Abonnez-vous !

Abonnez-vous et recevez notre newsletter et toutes les informations utiles sur la commune.

Suivez-nous !

Contact

Mairie de Neuvic

19160 NEUVIC

Tel: 05.55.95.80.16
Fax:05.55.95.05.04

Laissez-nous un message